Les électrons en perdition

Hasard, rendez-vous ou synchronicité ? Peu importe puisque nous y sommes. Au carrefour des destins échoués entre deux rives. Silence frustré débordant d’un côté et liberté insolente de l’autre. A l’instant même où je rédigeais un texte intitulé : La Libye, la condescendance occidentale, deux tragédies se déroulaient décalées de quelques heures. Sanaa au Yémen, un attentat à la voiture piégée faisait une trentaine de morts et soixante blessés. Des anonymes qui n’auront  aucun hommage au journal télévisé. Un capital humain inégal forcément évident sans être sublime. Paris en France, une attaque à main armée au siège du journal Charlie Hebdo a fait douze morts. Ces morts là, ce sont des dessinateurs célèbres ayant fait la gloire de l’hebdomadaire. Au nom de la France et sa liberté d’expression ils ne se sont jamais privés de croquer leurs opinions parfois provocatrices à travers des esquisses humoristiques d’électrons libres. Ils viennent d’en payer la facture en se faisant liquider impunément par des hommes armés réussissant l’exploit insolent d’être filmés en live. Tout cela coïncide avec la sortie du dernier roman de l’écrivain Michel Houellebecq «  Soumission «  où il est question d’une France totalement islamisée en 2022 à l’instar d’un Orwell. Je n’ai pas encore lu cet opus mais survolé la polémique avant sa parution. En France, un début de controverse est toujours synonyme de publicité gratuite. Le prélude à l’année 2015 sous le label islamophobe. Le sang encore frais des têtes décapitées au Moyen-Orient s’entreposent peu à peu sur les paillassons des français. L’incitation à la haine raciale et la violence enrobées dans le même carton d’emballage. L’exécution professionnelle et organisée sous les cris d’Allah Akbar au quotidien satirique Charlie Hebdo, c’est une déclaration de guerre que les médias martèlent au spectateur stupéfait au journal de 20 heures.

Mais qui sont donc ces électrons incontrôlables envahissant la France ? Les acteurs de cet abominable attentat ce sont en réalité des citoyens français nés en France ayant fréquenté l’école républicaine et laïque celle de Jules Ferry. J’en débattais récemment avec un ami libanais qui m’a tenu légèrement irrité les propos suivants :

« Non, ces criminels ne viennent pas de chez nous. Ils viennent de France et pas d’ailleurs. C’est le système français qui a produit ce genre de personnages ! C’est donc la France qui est responsable de ceux qui habitent sur son territoire et non pas les origines, peut-être lointaines, de ces « terroristes ». Ils ne sont ni musulmans ni chrétiens ni juifs. Ce sont des exclus qu’un système a choisi d’exclure, peu importe la raison, ils ont agi à leur manière contre cette exclusion. C’est la France qui est coupable. C’est à la France de montrer qu’elle n’est pas un « incubateur » de terroristes, et pas aux musulmans ni aux chrétiens ni aux Juifs ni aux Orientaux de prouver qu’ils sont différents. Nous nous sommes bien intégrés au monde occidental, l’avons assimilé sans rejeter nos origines et ne nous sommes jamais considérés comme responsables d’actes fous. Alors pourquoi devons-nous nous justifier de cet acte barbare qui vient d’avoir lieu à Paris ?. »

Au-delà du choc et de la tristesse, je m’interroge sur l’utilisation de ce Allah Akbar brandi, mixé à toutes les sauces comme une signature légitime et repris en cœur par tous les médias. Ce n’est pas une arme de guerre et son usage est strictement limité au début des cinq prières obligatoires.

Je pense qu’il est urgent que tous les imams épaulés par les organismes concernés se manifestent afin d’expliquer, éduquer et stopper ce tsunami embrouillé de haine. Il y a urgence à se mobiliser autour de ces électrons égarés afin que la religion musulmane ne se transforme pas en une secte recrutant ses sujets en déshérence au sein même d’une France où rien ne va plus. Faites vos jeux.