30 juillet 2012

La liste de mes contrariétés

En référence au best-seller estival qui détendra toutes les mères épuisées «  La liste de mes envies. » signé Grégoire Delacourt. J’aimerai faire la liste de mes contrariétés pour cet été 2012 torride en guerres, réfugiés, morts et tutti quanti… La liste : Le vieux mendiant sans retraite amputé de la jambe gauche aux bras accrochés à deux béquilles chancelantes qui zig zag entre les pots d’échappements indifférents dans un Beyrouth de bruit et de fureur polluante. La grosse cylindrée décapotée avec la botoxée aux... [Lire la suite]
Posté par wani à 20:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2012

J’écrirai encore…

Et toujours. Inlassablement. Sur les injustices des muselés. Je resterai la naïve exaltée. J’écrirai l’amour du souffle de vie surgi d’une énigme non résolue. L’exil aux chagrins inconsolables. Les vagabonds infligés. L’errance. Sur l’esclavage des employées de maison abusées. Les guerres. La liberté. Les droits élémentaires indiscutables. Les dictateurs psychopathes. Les enfants égarés sans bancs d’école. Des poèmes en hommage à mon pays la Libye longtemps squatté par une bande de crapules frustrées. Sur les femmes frivoles. Et aussi... [Lire la suite]
Posté par wani à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juillet 2012

Un jour, ils sont là

"Tous les personnages sont des dormeurs clandestins nourris de nos rêves et de nos pensées, eux-mêmes pétris dans le limon des mythes et des fables (...) Des dormeurs embués de nuit, pénétrés de chants lointains et de murmures, et tressaillant d'un désir de jour, de chants audibles, de langage intelligible." Sylvie Germain. Les Personnages.  
Posté par wani à 07:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juillet 2012

Il n’y a pas de tribus en Libye

Je n’appartiens à aucune tribu.Je suis éreintée de vérités assenées à coups d’articles profanes. Indignée que nous soyons sans cesse associés à des tribus mystérieuses qui vivent sous une tente et sirotent le thé vert aux cacahouètes flottantes à heures fixes. Je lis des écrits frustrés au sujet du succès de Mahmoud Jibril, la future figure de proue libyenne. L’unique qui se profile avec des discours prononcés calmement sans hurlements névrosés et index brandi à notre encontre. Face à des groupuscules sordides ; il est obligé de... [Lire la suite]
Posté par wani à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juillet 2012

Un vieux rêve...

http://www.liberation.fr/monde/2012/07/15/l-epee-des-islamistes-sous-les-sables-du-desert_833459   ...Etre publiée dans le libé...
Posté par wani à 08:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2012

La joie de Abir

« Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit. » Khalil Gibran C’est un samedi 7 juillet à Tripoli pas comme les autres. Le numéro au code familier s’affiche sur mon portable. A quelques kilomètres de Beyrouth, le cri euphorique et ému de mon amie d’enfance. J’ai voté pour la première fois de ma vie. A cinquante ans. La rue est en fête. C’est le bal des drapeaux rouges, noirs et verts au croissant étoilé. La place des Martyrs est envahie par les danseurs déhanchés. Une folle sarabande dans un ciel... [Lire la suite]
Posté par wani à 10:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2012

Chantier en cours

" j'ai pensé qu'être adulte ne prémunissait pas de la peine vers laquelle j'avançais, que ce n'était pas plus facile qu'avant, quand nous étions enfants, qu'on avait beau grandir et faire son chemin en construire sa vie et sa propre famille, il n'y avait rien à faire, on venait de là, de cette femme; sa douleur ne nous serait jamais étrangère." Delphine de Vigan
Posté par wani à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juin 2012

Sans titre

" Elle lui avait dit qu'elle ne pouvait vivre qu'en écrivant, et il lui avait dit qu'il acceptait cela." Bernhard Schlink. Mensonges d'été.    
Posté par wani à 17:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2012

Les mots

J’écris des mots cachés. Egarés depuis quarante deux ans. Des secrets de vies. Arcanes enfouies au fond d’un désert kidnappé. J’ai occulté des milliers de lignes noires dans des tiroirs et classeurs bien rangés. Je suis une exilée libyenne arrachée de mon pays depuis plus de trois décennies. Architecte de métier, je me suis noyée sur des chantiers au son des marteaux piqueurs. Arpenté des échafaudages de maisons étrangères. Ecouté les caprices de clients fortunés. Casquée. J’ai bu des cafés avec des ouvriers ignorants tout de mon... [Lire la suite]
Posté par wani à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2012

Un dimanche à la moustiquaire

« Sa démarche ressemble aux souvenirs d'enfant Qui trottent dans ma tête et dansent en rêvant Sur son front, ses cheveux sont de l'or en bataille Que le vent de la mer et le soleil chamaillent. » Les demoiselles de Rochefort - Chanson de Maxence   Elle s’est échappée d’un piano de Michel Legrand. Silhouette chaloupée. Incertaine. Irrésolue. Elle, c’est mon amie Maco. En visite dans ce Beyrouth insolite. Rage et cacophonie d’une ville tremblante. Appareil photographique vissé sur son regard d’artiste. C’est... [Lire la suite]
Posté par wani à 10:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]