16 décembre 2011

La solitude de l’homme qui marche

Je l’ai croisé. A Beyrouth. Une silhouette à la Giacometti. Fragile. Surréaliste. Dos droit. Parfois courbe. Ils sont là au bord du chemin. Ils marchent. Acteurs sur des chantiers. Espaces borgnes qu’ils occuperont humblement. Abris de fortune. Matelas posés à même le sol. Ampoule qui vacille. Lumière capricieuse. Pas de générateur pour eux. Deux par deux ils dévalent les pentes avec leur paquetage. Les Misérables au pays du Levant. Regards furtifs. Honteux. Tristes. Loin de leurs familles. C’est Noël. Je suis. Tous ces enfants en... [Lire la suite]
Posté par wani à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2011

La vie, cette garce canaille

" L'exil (...) c'est la fissure à jamais creusée entre l'être humain et sa terre natale, entre l'individu et son vrai foyer et la tristesse qu'il implique n'est pas surmontable." Edward W.Said - Réflexions sur l'exil - Lieux de passages. Exils forcés. Errance. Solitude. Racines arrachées.Ailes brûlées. Trous béants. Puits sans fonds. Echos de voix qui hurlent. Tremblements. Cratères inconsolables. Il y a comme une odeur carbonisée sans cesse renouvelée. C’est l’homme en noir. Le petit démon sorti des ténèbres. Il vient me réveiller... [Lire la suite]
Posté par wani à 10:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2011

I love you Habibi

Beyrouth, quartier d’Achrafieh un matin ensoleillé. Un centre commercial « open space » à moitié vide. Les vendeuses se liment les ongles ou rangent pour la énième fois la pile de pulls. Soupirs d’ennui. La journée sera longue. Le chaland semble paresseux en ce début de décembre un brin morose. Les sapins plantés papotent avec Flash McQueen. Les enseignes clignotent. La fausse neige fait partie de la fête. Le Père Noël s’est invité depuis plus d’un mois dans les rues de Beyrouth. Les petits mendiants dansent et se faufilent... [Lire la suite]
Posté par wani à 07:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2011

Tempo che fu non torna più…

Non. Il ne reviendra plus. Ni le passé. Ni lui. Ni les autres. Parfois il me parle. J’entends sa voix. Elle résonne, vibre et tremble. Elle me fait sursauter. Surprise au détour d’un chemin, je lui réponds. Je t’aime. Si fort. Tendrement. Enragée. Furieuse. A chaque ciel bleu turquoise. Je pense à lui. Je leur raconte. A eux. Ses petits enfants. Il aimait ce ciel. Pas un autre. Juste celui là. Il y a aussi celui du soleil qui s’amuse derrière les nuages. Faisceaux troublants. Au-delà improbable. Lumières divines. Misérables humains... [Lire la suite]
Posté par wani à 19:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2011

Notre dignité arabe

"Il ne fait pas bon être arabe de nos jours. Pourtant, la situation n'a pas toujours été aussi tragique. Comment en est-on arrivé là ? Comment est-on parvenu à faire croire aux arabes qu'ils n'ont d'autre avenir que celui que leur destine un millénarisme morbide ? Comment a-t-on pu déconsidérer une culture vivante pour communier dans le culte du malheur et de la mort ?"  Samir Kassir." Considérations sur le malheur arabe"   Il est parti avant les Révolutions arabes. Je passe souvent devant l’olivier planté face à ce... [Lire la suite]
Posté par wani à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2011

Panne

Posté par wani à 14:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2011

L’index du glaive

Beyrouth un samedi de pluie obstinée. Le téléphone sonne. Un ami libanais. Mabrouk. Ils l’ont capturé vivant. Seif El Islam. Le glaive. Vive la Libye libre hurle mon ami. Etrange prénom pour un destin singulier. Le dauphin aux nageoires amputées. Celui qui vendait des mirages imagés en Occident est tombé aux mains des révolutionnaires. Je repense amusée aux questions croisées depuis quelques années. C’est lui le successeur. Le réformateur. L’héritier. La Libye de demain. Je me souviens aussi de mes réponses. C’est un imposteur. Un... [Lire la suite]
Posté par wani à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 novembre 2011

Libres femmes de Libye

Ras Beyrouth, un matin gris souris en pleurs. Un café. Elle est là. Une grande brune aux cheveux longs. Elle m’attend. Droite. Elle pourrait être libanaise, égyptienne ou italienne. Elle est libyenne. Une compatriote. Née à New-York. Exilée comme des milliers de femmes. Je ne l’ai jamais vue. Je ne sais rien d’elle. Elle me reconnaît. L’appel de Tripoli. Je suis émue. Un peu fébrile. Parfois méfiante. Je repense à ces neufs mois qui viennent de s’écouler. Intenses. Electriques. Ils ont bouleversé nos vies, nos certitudes, nos peurs.... [Lire la suite]
Posté par wani à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2011

Les hirondelles sont parties…

Elles se sont envolées là où elles peuvent réchauffer leurs ailes frémissantes. Coup de blues. L’hiver qui commence. Soleil froid. Vent caressant les écailles argentées. Je pense à eux. A cette famille éclatée. A nos séparations. Nos disputes. Nos réconciliations. A cette Révolution. A la guerre éclair. Au chaos. A ces quarante deux ans. D’exil. De silences. A la mort. Au sang. Je pense à ceux qui ne reviendront plus. Odeur d’agneau grillé. La fête de l’Adha. Au mouton qui bêle pendant trois jours. Il disparaît. Il ne reste plus que... [Lire la suite]
Posté par wani à 11:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2011

Nos enfants, ces terribles rebelles

Dédié à un jeune Révolutionnaire libyen. Ne me quitte pas Je t’inventerai des mots insensés Que tu comprendras Je te parlerai de ces amants-là Qui ont vu deux fois leurs cœurs s’embraser Je te raconterai L’histoire de ce roi mort De n’avoir pu te rencontrer. Jacques Brel C’était hier matin juste avant le café et veille de Toussaint. Fête des morts. Quelle drôle d’idée. Un message sur Facebook. Priez pour que mon ami revienne à la vie. C’est mon petit cousin. Le rebelle de Tripoli. Un cri de désespoir. Impuissance face à un... [Lire la suite]
Posté par wani à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]