20 décembre 2013

Tripoli, capitale de la culture arabe 2014

Je m’étais promise en cette pénible fin d’année 2013 de ne plus écrire sur la Libye ni aucun autre pays arabe et de faire le vœu du silence tel un moine chartreux. Silence de chagrins, silence d’exils, silence de désolations, silence attristé, silence de déception, silence de résilience, silence de dignité, silence enragé, silence dépité, silence d’impuissance, silence de désespoir, silence affligé. Une liste de lamentations muette si longue que même le Père Noël me l’a renvoyée avec la mention : n’habite plus à l’adresse... [Lire la suite]
Posté par wani à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2013

Ciao Beirut !

Posté par wani à 21:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2013

Libye, un pays dans tous ses états

  Jeudi 10 Octobre 2013, Hôtel Corinthia Tripoli Libye : Le premier ministre Libyen Ali Zeidan est kidnappé à l’aube par des milices forcément armées. Motif officiel de l’enlèvement : « Crimes et délits préjudiciables à la sureté de l’état. » Après quelques heures de détention, juste le temps de chauffer la théière de thé vert aux cacahouètes, Ali Zeidan retrouve sa liberté et réapparait tout sourire en compagnie de ses gardes du corps en congé ou somnolant fortement lors de son enlèvement. Cela fait... [Lire la suite]
Posté par wani à 12:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2013

sans titre

" Peu à peu, autour de moi, sans changer de forme, tout devint rêve. J'étais heureux. Terre et paradis ne formaient plus qu'un. Une fleur des champs avec une grosse goutte de miel dans le coeur, telle m'apparut la vie. Et mon âme, une abeille sauvage." Nikos Kazantzakis - Alexis Zorba.  
Posté par wani à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juillet 2013

50 ans, libyenne et… je piétine le feu.

« J’étais à la place des Martyrs, drapeau à la main, unie avec des chrétiens et des musulmans. J’ai senti cette joie, ce patriotisme, ce nationalisme, cet espoir. Cet espoir s’est effrité, attentat après attentat, discours après discours... » Iza El-Yasmine Elle ne me l’a pas avoué immédiatement. J’ai dû lui poser la question intriguée par ses grands yeux couleur ambre et sa silhouette longiligne au tee-shirt gris sans tête de mort. Je suis d’Alep. J’habitais la vieille ville. Il y a eu un bombardement sans... [Lire la suite]
Posté par wani à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2013

L’errance du citronnier

«  C’est un arrachement qui implique la mémoire, son noyau, son intégrité. C’est se détourner de soi. C’est se rendre à l’errance. Quitter sa terre. Quitter sa définition. » Nina Bouraoui Beyrouth, un jeudi matin à 7 heures 30. Une école quelque part dans les montagnes libanaises. Les voitures défilent comme à l’ordinaire dans un chaos d’une banalité terrifiante. Des hordes d’enfants aux cartables sanglés sur les épaules s’en éjectent et slaloment entre les carcasses des cylindrées luxueuses et les autres en état de... [Lire la suite]
Posté par wani à 11:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2013

Dis pourquoi ?

" Je veux siroter mon verre de raki au bord du Bosphore, monsieur le ministre, où se trouve notre maison de famille et si possible au coucher du soleil."  Nedim Gürsel   L’influenza commencée fin décembre 2010 étend sa contamination. Une maladie contagieuse et incurable pour l’instant faute de vaccin à disposition. C’est au tour de la puissante et si inébranlable Turquie. Ses minarets ont le vertige et s’effondrent une à une sous l’effet des grenades lacrymogènes. Que s’est-t-il donc passé pour assister à un tel... [Lire la suite]
Posté par wani à 10:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juin 2013

Hommage à Bahaa l’homme de la fiera dell’est

    Ecrire et lire le chagrin à vif. Le chagrin urgent. Le chagrin état de choc. Le chagrin de l’amitié amputée. Le chagrin de la vie canaille. Le chagrin de cette chienne de vie infidèle. Le chagrin d’un rire envolé. Le chagrin de la vie à l’arrêt impitoyable. Le chagrin de l’injuste. Le chagrin d’une douleur inattendue. Bahaa, c’est l’ami d’adolescence de Pierre le Français, d’Elias le Libanais et Salah le Syrien. Quatre mousquetaires aux quatre cent coups. Aux fous rires insouciants. Aux discussions nocturnes... [Lire la suite]
Posté par wani à 09:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2013

Et rien ne sera plus jamais comme avant

Il est venu ce matin ponctuel et fidèle accompagné de son fils. La tondeuse portée à bout de bras avec un autre acolyte. Des gestes automatiques et toujours un regard timide et pudique. J’ai passé une partie de la matinée à trier des habits devenus trop étroits. J’ai demandé aux enfants trop gâtés si ils étaient d’accord de céder leurs vélos abandonnés et rouillés faute d’espace disponible. Ils ont dit oui sans hésiter. J’ai rassemblé les chaussures à peine usées sur un bitume sans trottoirs. Alors, Abou Ahmad comment allons-nous... [Lire la suite]
Posté par wani à 16:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2013

Comme si de rien n’était

" L'indifférence est une paralysie de l'âme. " Anton Tchekhov   Il a l’habitude de passer tondre les petites pelouses des terrasses. Il s’appelle Abou Ahmad. Humble et souriant. Toujours un mot ponctué d’un brin d’humour. Alors comment vont les enfants ? Ils vont très bien Madame, merci. Le huitième vient de débarquer annonce t-il sans perdre son beau sourire. Horrifiée, je lui dis : mais il faut s’arrêter là, ce n’est plus gérable. Il éclate de rire. Que du bonheur, je vous dis. La bourgeoise aux deux enfants finit... [Lire la suite]
Posté par wani à 08:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]