24 août 2012

C’est bientôt la rentrée des classes

" Je me demande si on ne devrait pas, par la pendaison ou la guillotine ou le fusil, exécuter les personnages de l’ONU (entre autres) car ces gens-la quand on leur dit que la moitié du peuple Hutu sera massacrée le lundi, se donnent rendez-vous pour le mardi où ils pourront exprimer leurs regrets et peut-être passeront-ils leur samedi ou le dimanche à donner du pain aux bêtes du zoo. Ce que peut supporter comme cruautés et injustices l’esprit d’un peuple n’est rien auprès de ce que peut supporter avec cruauté et injustice l’esprit de... [Lire la suite]
Posté par wani à 21:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 août 2012

Sans titre

" [...] j’ai toujours pensé qu’il y avait des familles sur la terre et que, en plus de ceux qui partagent votre sang et votre enfance, il y a aussi les familles du hasard, ceux que l’on reconnaît confusément comme étant son parent, son pair, son ami, son amant, comme ayant été injustement séparé de vous pendant des siècles que vous avez peut-être partagés sans vous connaître. Ça n’est pas ce qu’on appelle la famille de l’esprit ni celle des corps, c’est une parenté faite de silences, de regards, de gestes, de rires et de colères... [Lire la suite]
Posté par wani à 18:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 août 2012

Le manifeste d’Irène

Nota Bene. Ce manifeste est une compilation de nos jérémiades de femmes que mon amie Irène m’a livré en urgence aujourd’hui et que je vous fais partager pour nous détendre en cet été stupide et crispé. Stop au terrorisme féminin qui porte pendant neuf mois et qui souvent ne veut pas lâcher l'affaire après, car l'homme ne fait pas "comme il faut". Souvent l'homme ne trouve plus sa place, alors il s'éloigne. L'homme est un chasseur, c'est comme ça, il part chercher le gibier pour nourrir sa tribu et offrir des tulipes fâchées et des... [Lire la suite]
Posté par wani à 18:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2012

Les hommes sont tombés sur la tête

« La disparition de l’Etat tyrannique ne touche pas les seuls tyrans. Elle englobe la destruction des terres, des hommes et des maisons. Car l’Etat tyrannique, dans ses dernières phases, frappe aveuglément, tel un taureau excité ou un éléphant dans un magasin de porcelaine. Il se détruit et écrase en même temps son peuple et son pays avant de se rendre à son sort. Comme si les gens payaient en fin de compte le prix de leur long silence face à l’injustice et de leur soumission à l’humiliation et à l’esclavage. » Abdelrahman Kawakibi... [Lire la suite]
Posté par wani à 19:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 août 2012

Je vis dans ce drôle de pays.

« Une petite fille en pleurs Dans une ville en pluie Où est-elle nom de Dieu? Elle a dû remonter Par la rue de Rivoli J'ai de la flotte plein les yeux. » Claude Nougaro Et ce Moyen-Orient désormais in between. Aux lignes nébuleuses à la tristesse aux abonnés présents. A l’avenir indéfini. A l’éclat d’un verre turquoise vulnérable. Je vis au gré d’une stupeur subie. Au chaque jour qui survit à une douleur autiste et tragique. Aux antipodes d’un Occident huilé et planifié. Je vis sur un swing enfumé et échappé d’un... [Lire la suite]
Posté par wani à 21:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2012

Ces femmes là

« Adieu tristesse Bonjour tristesse Tu es inscrite dans les lignes du plafond Tu es inscrite dans les yeux que j’aime Tu n’es pas tout à fait la misère Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent Par un sourire Bonjour tristesse Amour des corps aimables Puissance de l’amour Dont l’amabilité surgit Comme un monstre sans corps Tête désappointée Tristesse beau visage. » Paul Eluard   Toutes les fêtes me rendent triste, mélancolique et nostalgique d'un bonheur qui ne sera plus. Qu’elles soient... [Lire la suite]
Posté par wani à 22:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2012

Sans titre

Toutes les fêtes me rendent triste, nostalgique et mélancolique d'un bonheur qui ne sera plus.  
Posté par wani à 20:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2012

Il était une fois la Libye libre

C’est un matin de ciel indigo lorsque la dépêche de l’AFP s’inscrit sur mon écran assoupi sous la torpeur d’un été  débordé de surprises. Le chef du Conseil National de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil a ordonné le remplacement d’une jeune femme non voilée qui représentait le programme de passation de pouvoir mercredi soir à Tripoli.Je poursuis la lecture du communiqué effarée et tremblante. La présentatrice, bien maquillée, les cheveux découverts, ne portait pas le voile islamique, a été contrainte de laisser sa place à... [Lire la suite]
Posté par wani à 14:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 août 2012

Ce goût amer de vérité

"Nous sommes tous plus ou moins dans un état comateux par rapport à la prise de conscience quant à la réalité du monde. Cette réalité est une forme d’exil, et cela sans nulle référence au religieux. Parce que nous sommes des êtres de langage. Nous sommes dans l’espace symbolique. Nous vivons sur un plan d’absence. Le langage est là pour nommer l’absence. Les moments de contact au monde sont extrêmement rares. Sinon, nous sommes toujours à rêver le monde, dans le lointain du langage, en exil." Hubert Haddad Il m’a demandé dans un... [Lire la suite]
Posté par wani à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 août 2012

J’ai survécu à Freetown sur Beyrouth

« L'optimisme est l'opium du genre humain ! L'esprit sain pue la connerie ! Vive Trotski ! » Milan Kundera – La plaisanterie - Cet été 2012, je ne suis pas partie comme tout le monde. C’est parce que j’aime être cette spectatrice anonyme qui essaye de retranscrire les incongruités croisées. Et j’ai décidé que the place to be sans le doute d’un demi millimètre ce sera Beyrouth. Exit Ibiza, Saint Tropez, Monaco et le Cap d’Antibes tous des imposteurs de seaux à champagnes dérisoires et aux lendemains de... [Lire la suite]
Posté par wani à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]