« La tragédie de la Palestine, c’est que la communauté internationale est de mauvaise foi, d’un côté, y compris d’ailleurs l’Union européenne et les Américains, (…) Israël est traité comme l’Etat le plus démocratique, le plus gentil, il a les meilleures relations. L’Union européenne vient de lui accorder tous les privilèges au niveau des accords d’association. Et la population palestinienne a le droit aussi de se défendre comme elle pense qu’elle peut le faire (…) Qui est mort il y a 4 ans ? 1400 femmes, enfants, et vieillards qui ont été bombardés. Qui est en train de mourir depuis maintenant 3 jours ? Ce sont 30 civils palestiniens, ce ne sont pas les combattants qui meurent. Lorsque Israël tire avec des avions F16, ce n’est pas le Hamas ni le Jihad islamique qu’on punit, c’est la population de Gaza qui ne peut même pas fuir parce que toutes les frontières de Gaza sont fermées par Israël. »  Leïla Shahid – Déléguée générale de l’Autorité palestinienne auprès de l’Union européenne.

 

Je viens de lire la dernière frappe moralisatrice de l’écrivain philosophe Bernard Henri-Levy intitulée « Obscénité » à propos de l’intervention d’Israël à Gaza. Notre Lawrence d’Arabie parisien du Café de Flore repart en croisade après avoir libéré la Libye. Il nous a écrit une longue diatribe où nous retrouvons pêle-mêle, Catherine Ashton, le parti communiste, les verts, l’Afrique, le Caucase, la Syrie, la Libye, le Hamas, Netanyahou. Un règlement de comptes fâché devenu ordinaire dans sa stratégie de communication. Un déballage de mauvaise foi indécente où à aucun moment il ne déplore la mort des civils palestiniens dont de nombreux enfants innocents.Quel grand fabulateur surtout lorsqu’il s’acharne à essayer de nous resservir une légitime défense Israélienne avariée depuis longtemps. Est-ce qu’il pense que les arabes sont des petits naïfs prêts à ingurgiter silencieux ses coups de gueule confus ? A-t-il tenté une seule fois d’endosser le gilet ensanglanté d’un père qui ramasse le corps désarticulé de son enfant ? Est-ce qu’il sait ce que les bombardements de sa victime – Israël – ont eu comme conséquences au Liban en 2006 notamment sur les terres du Sud où à certains endroits l’herbe ne pousse plus et aussi du taux d’explosions de cancers dans la population libanaise ? Dommages collatéraux n’est-ce pas ? Non, Monsieur Levy je ne suis pas d’accord avec vous lorsque vous écrivez en conclusion: «  Face à ce concert de cynisme et de mauvaise foi, face à ce deux poids deux mesures qui fait qu’un mort arabe n’est digne d’intérêt que si l’on peut incriminer Israël. (…) » Nous, les arabes nous ne sommes pas tombés aussi bas. Nous avons notre dignité et nous avons également le droit de vivre en paix au même titre que les Israéliens. Il y a un an presque jour pour jour Monsieur Daniel Cohn-Bendit dans une intervention au parlement européen a dit une phrase qui est toujours d’actualité : «  Too much is too much, enough is enough. »

Tahani Khalil Ghemati

Beyrouth le 20 novembre 2012